Henri Bergson aurait adoré le Taiji Quan

« Si les mouvements saccadés manquent de grâce, c’est parce que chacun d’eux se suffit à lui-même et n’annonce pas ceux qui vont le suivre. Si la grâce préfère les courbes aux lignes brisées, c’est que la ligne courbe change de direction à tout moment, mais que chaque direction nouvelle était indiquée dans celle qui la précédait. La perception d’une facilité à se mouvoir vient donc se fondre ici dans le plaisir d’arrêter en quelque sorte la marche du temps, et de tenir l’avenir dans le présent ».

Henri Bergson, « Essai sur les données immédiates de la conscience ».

Henri Bergson (1859-1941) rayonna en philosophie au début du vingtième siècle en valorisant l’analyse du mouvement de la Vie et les intensités de la Conscience plutôt que l’analyse réductrice de la matière et la tendance de la raison à compter et à classer, devenue aujourd’hui la pensée dominante.

Il aurait sans nul doute adoré le Qi Gong et le Taiji Quan !

Laisser un commentaire